L'Homosexuel
ou la difficulté de s'exprimer

de Copi
Création saison 2010/ 2011

Déportées en Sibérie, Madre et sa « fille » Irina vivent ensemble dans une maison perdue au milieu de la steppe, entourées de loups. Madame Garbo, professeur de piano d'Irina tombée amoureuse de son élève, déboule dans le logis de ces deux transsexuels au passé douteux. Les aveux et déclarations inattendues s'enchaînent... 

Garbo déclare son amour à Irina, bravant l'ultra violence de Madre, sa rivale. Elle tentera d'organiser leur fuite en Chine, mais Irina fera échouer ce départ par son comportement autodestructeur. Cette pièce est une vertigineuse confusion quant à la différence des sexes. Irina, tantôt fille, tantôt garçon, ou encore transsexuelle, est l'enjeu d'une lutte sans merci. Ce pur moment de théâtre est une farce tragique ; il traite du désir humain, de l'obsession, de l'altérité, de l'exclusion, du jeu de la vie et de la mort, et du théâtre lui—même.

Extrait Vidéo

Lancer la vidéo

Lancer la vidéo ou Visualiser sur Youtube 

 

Presse

Michel Masserey sur RTS :

 

Equipe artistique

Mise en Scène : Sébastien Ribaux

Geoffroy Rondeau dans L'homosexuel par la Cie Patte Blanche

Distribution :

    Irina : Geoffroy Rondeau

    Madre : Sylviane Röösli
    Garbo : Viviane Gay

    Garbenko et Général Pouchkine : Delphine Rudasigwa

Création lumières et régie : David Baumgartner

Regard extérieur : Pierre Maillet
Regard extérieur et 
collaboration artistique musique et chant : Pierre-André Bo

 

La Galaxie Copi

Delphine Rudasigwa dans L'homosexuel par la Cie Patte Blanche

Hiver 2004-2005. Ecole du Théâtre des Teintureries. Lausanne. Pierre Maillet, de la Compagnie des Lucioles, vient donner un stage d'interprétation au sein de notre volée. Je fais alors mes premiers pas dans la galaxie Copi, en travaillant le texte Les 4 Jumelles ; puis lors du stage suivant dirigé par Claude Degliame, nous travaillons des scènes de L'homosexuel ou la difficulté de s'exprimer et me voilà propulsé, immergé, à mon plus grand plaisir, dans cete galaxie magique et surprenante à chaque instant. Coup de foudre. Je dévore l'œuvre de Copi : Théâtre, romans, bd. Un hiver, - un shoot de vie ; ça danse, ça virevolte, c'est digne d'une folle soirée sous vodka avec mes meilleurs amis, et tout ça, sans la gueule de bois du lendemain !

L'élément fort de cette découverte, est la liberté que Copi s'offre dans ses écrits. Tout y est possible. Il ose des situations souvent limites, un sens du dialogue qui fuse et déborde dans l'excès, un ton provocateur. Il voit des hommes qui sont des femmes, qui sont des animaux, qui sont des objets, qui sont des jouets, pour des enfants qui sont nés d'un rat, ou d'une tortue, ou d'un homme qui est une femme, etc.

Copi, c'est une pensée déjantée, sombre, cynique, peut-être même repoussante, mais surtout une lucidité désarmante qui fait la nique à la mort à coups d'éclats de rire, une cruauté comique qui s'enthousiasme dans le vertige de la démesure.

Copi, c'est du poil à gratter sous nos cervelles morales et bien pensantes, un feu d'artifice sous nos fesses serrées, un authentique fouteur de trouille, un poseur de bulle dans notre eau plate pour en faire du champagne, un falsificateur d'identité, un as du travestissement, un brouilleur de sexe, un passionnel de la parure, de la parade, un acrobate des talons hauts, un forcené de la répartie, un fanatique du coq-à-l'âne, un artiste de l'entrée et de la sortie.

Sébastien Ribaux


Durée 
: 1h15

Réalisé avec le soutien de

Logo SIS  logo 7act benson  Logo Renens-Carrefour d'idées  logo loterie romande